Rémi Belliveau

 CKCW Moncton / The Little General / 3 février 1969

 

du 19 février au 24 avril 2022

 

Québec, le 8 février 2022 – Dans le cadre de MANIF D’ART 10 – La Biennale de Québec, À l’est de vos empires présente une exposition Web de l’artiste et musicien.ne acadien.ne Rémi Belliveau du 19 février au 24 avril prochain. Le projet est une œuvre d’appropriation historiographique créée à partir d’une série de disques acétates contenant les fragments d’une vieille transcription radiophonique retrouvés par Belliveau.

 

Pour CKCW Moncton / The Little General / 3 février 1969, Rémi Belliveau propose aux public d’écouter une archive numérisée telle qu’elle fut gravée en hiver 1969 par l’animateur de radio Ron Bourgeois alias The Little General sur les ondes de CKCW à Moncton (N.-B.). Le choix de l’artiste d’éviter toute intervention peut être perçu comme un geste revendicateur qui cherche à faire la lumière sur l’apport du premier grand partisan du rock en Acadie, Ron Bourgeois, mais également de celui de tou.te.s ces artistes du rock en Acadie  – Cliffy & Jerry, Ted Daigle & The Tremolos, Les Sœurs Gallant, The Gemtones, The Brunswick Playboys, Les Marogeays, Patricia Gallant, The Sonemen, Eight Point Five –, tous.tes tombé.e.s dans l’oubli aujourd’hui.

 

Une oeuvre sur l’oubli

Effacée de la mémoire populaire, la musique rock en Acadie est pourtant d’une qualité supérieure qui surprend les auditeur.rices et les amène à questionner les circonstances de son oubli : comment se peut-il qu’une musique pop comme celle-ci soit oubliée ? Toutes pistes mènent aux conditions sociales, politiques et économiques qu’on reconnaît à la communauté acadienne de l’époque; conditions dont les effets se font sentir encore aujourd’hui et dont l’héritage, comme le suggère Rémi Belliveau, est à (dé)construire.

_____

Rémi Belliveau est un.e artiste interdisciplinaire et musicien.ne acadien.ne originaire de Belliveau-Village (Vallée de Memramcook, N.-B.), un hameau acadien situé sur le Mi’kma’ki, territoire ancestral non cédé du peuple Mi’kmaq. Son travail artistique s’attache à déconstruire et reprogrammer les fondements, les structures et les imaginaires de la culture acadienne à laquelle iel appartient dans le but de cultiver des capacités d’(auto)analyse et de sens critique. Depuis 2012, son travail a été présenté dans plusieurs évènements et expositions de groupes dont Les Histoires Nécessaires (2019, Moncton, N.B.), Art in the Open 2017 (Charlottetown, I.-P.-É.) et Writing Topography (2015, Fredericton, N.-B.). En 2020, la Galerie de l’UQAM a présenté son exposition de fin de maîtrise en arts visuels et médiatiques. En parallèle de sa pratique artistique, iel a codirigé la Galerie Sans Nom (Moncton, 2014 à 2018), a joué à deux reprises le rôle de (co)commissaire (2015, 2018), a été chargé·e de cours à l’Université de Moncton (2017) et a contribué des textes à la revue Canadian Art. En 2021, iel a été nommé·e finaliste Atlantique du Prix Sobey pour les arts. Iel vit et travaille actuellement à Tiohtià:ke/Mooniyang, territoire ancestral non cédé des peuples Haudenosaunee et Anishinaabeg, aussi connu sous le nom de Montréal.

Agenda de la semaine

À l'est de vos empires vous prépare une sélection hebdomadaire d'activités culturelles à faire à Québec.