Féminin.e.s à l’unisson

 

 

Le mois de mars doit servir de rappel que les droits des femmes ne sont pas acquis, que la violence demeure affligeante malgré les différentes formes de soutien. La playlist de ce mois-ci, je l’ai donc arrimée aux propositions de musiciennes, d’ici et d’ailleurs, qui attisent la force autant qu’elles appellent à une collaboration émancipée.

 

La source d’inspiration pour ce texte a été le magnifique projet de baladodiffusion poétique, La douceur n’est jamais loin, qui se penche sur le rapport féminin à la création ainsi que sur les frontières fluctuantes du concept de sororité. J’ai donc proposé aux collaboratrices d’À l’est de commenter ma sélection mensuelle. À leurs réactions, j’ajoute parfois quelques faits « fromagés », en italique. Un complément factuel à leurs analyses, impressions et suggestions.

 

– Dj Fromage

Kaël Mercader, Les suggestions musicales, 8 1/2″ x 8 1/2″, crayon gras et feutre sur papier, 2021.
L’anecdote derrière cette œuvre est que c’est un portrait de mon amie Laurence Gauthier-Brown qui travaille à la Société des Loisirs comme disquaire. Je trouvais pertinent de la représenter dans mon dessin avec des vinyls évoquant des artistes de la playlist de Julien, car elle est elle-même musicienne; elle joue dans Victime et Pure Carrière. De plus, elle m’a fait découvrir de nombreux groupes de musique, dont beaucoup sont composés de membres en majorité féminin.e.s. Finalement, puisque c’est ma meilleure amie depuis de nombreuses années, nous sommes allé.e.s voir beaucoup de spectacles ensemble et mes goûts musicaux viennent en grande partie de cette expérience. 

 

Nathalie

La variété de cette playlist est appréciable. Cette dernière offre une belle diversité musicale, une myriade de styles, de langages, d’images évoquées, de sons explorés, de sentiments exprimés. On y retrouve aussi de l’audace, de la fougue, de l’introspection et du rythme qui donnent un portrait nuancé et multiforme de la musique au féminin.

 

Coup de cœur pour Pauline Ana Strom, compositrice aveugle que DJ fromage vient de me faire découvrir. Merci.

 

Cette musicienne électronique solitaire est décédée avant la sortie de son dernier album, paru plus tôt cette année. Volontairement recluse, mais aussi marginalisée par la scène musicale internationale, elle nous lègue  une discographie de musique ambiante à découvrir.

 

 

Sevia

Je ne peux jamais me taire quand il est question de Lizzo. Dans les dernières années, elle est devenue pour moi un modèle sans que je m’en rende compte. Ses chansons sont «lit», c’est sûr, mais mon obsession pour la chanteuse relève plus de l’éthique que de la musique. Lizzo s’adresse directement aux femmes dans ses propos et leur rappelle de se faire confiance et de s’aimer. Lizzo te dit que c’est correct d’être comme tu es et que tu n’as pas besoin de changer pour les autres. C’est un message tellement simple, mais qui pourtant agit comme une bombe dans ma tête de milléniale élevée aux publicités de rasoir Vénus («reveal the godess in you», tu peux la trouver si tu changes) et aux chansons d’Infini-T (je changerais toute ma personne pour que tu deviennes mon chum).

 

Pour Tempo, qui se retrouve dans la playlist, Lizzo a travaillé avec Missy Elliot qui est l’une de ses héroïnes personnelles (et une sommité musicale et féministe, on s’entend). Pis ça m’a fait du bien de voir ces deux femmes-là travailler ENSEMBLE, sans compétition. Parce que dans le Lizzo World, les autres femmes ne sont pas des compétitrices pour l’attention des hommes, elles sont des alliées, des modèles et surtout des amies. 

 

J’aime Lizzo parce qu’elle m’aime. Et Lizzo m’aime parce que j’aime toutes les autres femmes. «If you love me, you can love your goddamn self».

 

 

 

Nadia

À cette superbe liste, j’aimerais ajouter quelques inspirations :

 

 

MissMe X Random Recipe – HEY BOY (feat. Sunny Moonshine)

Pour le propos tellement d’actualité (diversité corporelle, féminisme, racisme, etc.), pour la force et la beauté du clip, une œuvre en soi. 

 

La Bronze

Pour ses textes poétiques, sauvages, puissants, suaves et rythmés. Pour le sentiment d’infini à l’écoute de certaines chansons. Coup de cœur pour : Rois de nous, Vertige, Un ballet de forêts et Cratère.

 

Sarahmée – Freedom 

Si nous devions choisir une chanson-thème pour tous les combats menés par les femmes, il me semble que celle-ci serait très représentative. Toutes les chansons de l’artiste prônent la justice, l’inclusion et la liberté. Il ne m’en fallait pas plus pour embarquer. 

 

Pour poursuivre la découverte des nuances de la pertinente voix de Sarahmée, sa discussion avec Dominic Tardif vaut le détour. Elle y raconte avec affection des détails poignants du tournage du clip pour l’incendiaire Bun Dem.

 

 

Michelle

Au cours des dernières semaines, c’est un album en particulier qui a tourné dans mes oreilles et dans mes pensées : A Poem Unlimited (2017) de U.S. Girls, un groupe torontois d’art pop expérimental mené par l’enivrante Meghan Remy. Avec sa production évocatrice aux synthétiseurs « new wave » et ses influences éclectiques à la Blondie, le projet m’a immédiatement foudroyée (en partie aussi parce que Debbie Harry est l’éternelle idole de mon éternelle amie, et partenaire de vie, Sevia).

 

Le morceau d’ouverture, Velvet 4 Sale, résonne particulièrement avec des enjeux qui nous habitent toutes ces temps-ci. Douce au début, la pièce monte rapidement en intensité jusqu’à devenir un véritable hymne à l’émancipation du « female rage » et à l’insurrection collective des femmes face aux violences physiques, psychologiques et sociales qui les accablent systématiquement. Faisant miroiter le fléau de féminicides qui inonde l’actualité, les paroles procurent le fantasme d’une vengeance délicieuse où les femmes reprendraient de force (et de velours) le pouvoir qu’on leur a pillé. En marchant seule le soir au rythme de Velvet 4 Sale, je pense à Sarah Everard et aux sept récentes victimes de féminicides au Québec et je ne peux plus contenir ma fureur.

 

—–

Dj Fromage

Dj Fromage, aussi connu par l’alias “Julien St-Georges Tremblay”, est candidat à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université Laval. Son mémoire porte sur l’interrelation entre l’art infiltrant et le territoire dans l’histoire du centre d’essai en art actuel du 3e impérial à Granby. Depuis 2013, il travaille comme médiateur culturel pour le MNBAQ, le Symposium d’art contemporain de Baie-St-Paul, le Mois Multi et plusieurs autres. À titre d’auteur, il écrit notamment pour les revues québécoises : Inter –art actuelCiel Variable et Vie des Arts. Il est également un critique musical pour les médias numériques Le Canal Auditif et Feu à Volonté.

 

Kaël Mercader | Artiste de la saison musicale

 

Kaël Mercader vit et travaille entre Montréal et Québec. Autodidacte, sa pratique en arts visuels se concentre principalement autour du dessin et de la peinture auxquels viennent parfois s’ajouter l’installation, la sculpture et la performance . Il est membre de deux collectifs : Canadian Bacon et Le Collectif Ambitieux. Au sein du Collectif Ambitieux il a participé au symposium Art & Rives au Lac-Etchemin à l’été 2018 ainsi qu’au Festival de l’Inattention à l’automne 2018. Son installation Entité présentée à l’automne 2017 à Regart centre d’artistes en art actuel lui a valu de remporter le prix Videre dans la catégorie artiste de la relève en 2018. Il a également participé à l’édition 2020 de la Foire en art actuel de Québec.

 

Plaçant la figure humaine comme élément central de sa pratique, il porte aussi toutefois une attention aux phénomènes naturels comme la lumière, le bruit, le mouvement des animaux et des plantes. Dans son travail figuratif, l’artiste crée des mises en scènes et des situations qui révèlent une certaine drôlerie du quotidien et se veulent ludiques mais aussi sensibles et délicates.

 

Agenda de la semaine

À l'est de vos empires vous prépare une sélection hebdomadaire d'activités culturelles à faire à Québec.

Vendredi 19 novembre

Jusqu'au dimanche 21 novembre

Samedi 27 novembre

Jusqu'au dimanche 5 décembre

Jusqu'au dimanche 12 décembre